Qualité de l'air

Tel le climat ou la transition énergétique, la qualité de l’air est un enjeu politique très important, tant au niveau international que national.

En France comme en Belgique les stratégies de préservation de la qualité de l’air et des ressources naturelles, ont pour but de réduire les dégâts environnementaux issus de nos consommations massives d’énergies. En priorité, les actions ont pour but de réduire drastiquement les émissions de gaz à effets de serre et de certains polluants. Il s’agit aussi de gérer les émissions par l’absorption via les puits de carbone, des technologies de filtrage artificiel ou la plantation d’arbre… Bien que la pollution concerne tous les secteurs d’activité certains secteurs tels que l’habitat, les déplacements individuels et des marchandises, la production industrielle et de services, représentent des enjeux important de transformation de nos habitudes.

La pollution dégrade la santé de l’environnement, qu’elle soit dans la terre, dans l’eau ou dans l’atmosphère. Elle forme une nuisance qui se déplace au gré des courants. Il n’existe pas de frontières pour stopper un air ou une rivière pollués. La pollution qui impacte un pays a des effets au delà de ses frontières administratives.

Les actions transfrontalières

La problématique de la pollution et de ses impacts est régit par des plans d’actions différents de chaque côté de la frontière. Elle nécessite une coopération transfrontalière rapprochée pour mettre en œuvre les actions adéquates. En 2017, le Préfet des Hauts-de-France ayant constaté une augmentation des alertes à la pollution de l’air extérieur, sur la zone de la Métropole Européenne de Lille, a proposé des rencontres à ses homologues belges afin de trouver des accords qui permettent des actions communes en faveur d’une meilleure qualité de l’air. En mars 2019, une délibération a été votée afin de travailler ensemble à l’amélioration de  la qualité de l’air. Il s’agit pour les partenaires de travailler de concert à la diminution des émissions des polluants principaux et de sensibiliser la population à cette problématique.

Les objectifs principaux:

  • mutualiser la connaissance et harmoniser l’information
  • diagnostiquer la situation et coordonner des actions ensemble
  • sensibiliser tout un chacun à la problématique et à l’existence de l’espace de vie partagé
  • s’accorder à adopter de nouvelles habitudes  

Un protocole d’expérimentation de gestion des épisodes de pollution de l’air à été réalisé avec les autorités publiques et observatoires de l’air compétents.  

La pollution est un enjeu sanitaire, c’est aussi un enjeu de transition énergétique, écologique et de préservation de l’environnement et ce, aussi bien pour le bassin de vie de l’Eurométropole que pour les territoires limitrophes. Il est donc essentiel de poursuivre la mutualisation de nos savoirs, le partage des diagnostics afin de choisir ensemble les actions ad-hoc à coordonner à celles existantes dans nos trois régions.

TransfAIR  

Le projet Interreg TransfAIR (financé par l’Europe) réuni les observatoires de la qualité de l’air des 3 régions jusqu’en septembre 2022, en vue d’harmoniser les données et la communication vers les citoyens. Ils travaillent aussi à la sensibilisation des citoyens au moyen de jeux, et de celle des élus locaux via l’expérimentation d’une application d’alerte à la pollution de l’air. Un groupe de travail ‘mobilité douce’ est à l’œuvre pour faciliter et stimuler l’utilisation des modes de déplacements tel que le vélo, le train et le bus.  

This website uses cookies to optimise its content. cookies.

;